DE LA CULTURE PHOTOGRAPHIQUE EN DARIJA PAR LIASMINE FODIL

تصاور Tsaouer ou Tsawer, littéralement “photos” en Arabe/Darija, est le nom d’un compte instagram tout jeune, lancé au début du confinement que nous avons connu en cette année

.2020



Je trouvais déjà le nom sympathique et le logo pas mal non plus. J’ai cliqué pour voir...

S’affiche une première photo en noir et blanc d’une femmes assise à un bureau. Elle a un genre de respirateur qui parait tellement archaïque, et puis elle tient un carnet ou un livre qu’elle lit. La photo est un peu incongrue, mais belle. Puis je vois sur une autre photo deux femmes dans la rue avec ces sachets transparents qui les recouvrent, toujours en noir et blanc. Wahou! Je constate qu’il s’agit de photos d’archives de la période de la grippe espagnole. Les images me percutent. En ce temps de pandémie, je vois tout de suite qu’il y a une démarche derrière les publications.

Je suis les publications du compte pendant quelques semaines… et je remarque que les publications sont en Arabe/Darja, en Algérien du nord ouest en l'occurrence. Pas mal comme idée de parler de photo en Darja. C’est accessible au plus grand nombre. Ça permet de lire en Arabe/Darja un contenu habituellement lu par les algériens en Anglais ou en Français. Je suis séduite par la beauté des images et la qualité des descriptions, ainsi que par la cohérence du projet.

Sur le compte depuis le mois de mars, sont partagées de très belles images en rapport avec la maison, l’intérieur, le confinement, mais bien plus encore. Ce qui est encore plus intéressant sur ce compte, ce sont les détails sur la démarche des photographes dont sont partagés des extraits de projets. Une vraie source de culture photographique.

J’ai souhaité en savoir plus. J’ai donc eu un petit entretien avec le/la community manager de ce compte.

Monokrome: Bonjour, merci d’avoir accepté de répondre à mes questions.

Tsawer: “Bonjour, Mais avec plaisir”.

Monokrome : Quel est l'objectif de Tsawer ?

Tsawer: “Pour résumer, disons que l’objectif du compte Tsawer est de partager des photos avec des arabophones passionnés par la photographie en Algérie et ailleurs.”

Monokrome: Comment t’est venue l'idée de créer ce genre de contenu en arabe (Darja) ?

Tsawer: “Je suis arabophone et en essayant de me documenter sur les genres photographiques qui m'intéresse en arabe, j'ai constaté un manque énorme. Je me suis dit, pourquoi ne pas combler ce vide en partageant des photos qui me parlent en utilisant la langue que je maîtrise le plus.

L’idée m’est venu bien avant le confinement, à vrai dire je n’ai pas eu le temps de l’exécuter. Quant au fait de rédiger des contenues en langue Arabe , c’est pour expliquer le plus simplement possible, et de créer un lien décontracté avec le lecteur.”

Monokrome: Est-ce un projet éphémère ou à long terme ?

Tsawer: “Je n’ai pas pensé à ça en créant le compte, j’avoue, mais je suis enthousiaste et j'aimerais bien que cette expérience puisse durer.

Tant que les gens apprécient ce que je partage je continuerai à le faire avec un grand plaisir.”

Monokrome: Quelle genre de photographie t'émeut le plus ?

Tsawer: “La photographie documentaire, sans hésiter.”

Monokrome: Comment choisis-tu les photographes dont tu parles ?

Tsawer: “J’essaie de trouver une logique dans mes choix de photographes. Par exemple on est en plein période de confinement. J’ai décidé de partager des projets, qui ont été fait dans des espaces fermés. Cela pourrait être une source d’inspiration pour ceux qui suivent le compte, ça pourrait les pousser à entamer des projets dans ce sens, qui sait?”

Monokrome: Quel est ton et ta photographe préféré(e) et pourquoi ?

Tsawer: “Je n’ai pas de photographe préféré. A vrai dire, j’aime bien faire des recherches et découvrir des projets pertinent que je ne connaissais pas avant.”

Monokrome: Y a-t-il des photographes algériens dont tu apprécies particulièrement le travail?

Tsawer: “Je peux vous citer le travail du collective220, un groupe de photographes qui ont des projets intéressants. J'apprécie beaucoup leur travail.”

Monokrome: Es tu toi-même photographe ?

Tsawer: “Non , je me considère pas comme photographe, j’aime la photographie et ce qui m’intéresse le plus dans cette discipline, c'est de comprendre le pourquoi du comment de chaque photo qui m'attire.”

Monokrome: Que t'apporte la photo dans ta vie quotidienne?

Tsawer: “C’est compliqué de répondre à cette question! Mais la photographie a bouleversé ma vie positivement.“

Monokrome: Comment vois tu l’évolution de la photo en Algérie ?

Tsawer: “La photographie en Algérie est en évolution à mon sens, c'est surement grâce aux smartphones de plus en plus performants et à l'accessibilité aux appareils photo. Les réseaux sociaux aussi ont joué un rôle important dans la diffusion et l'apprentissage de la photographie chez les Algériens.”

Monokrome: Qui es tu?

Tsawer: “Je préfère rester anonyme et que les gens se focalisent plus sur ce que je partage sur ce compte. C’est ce qui compte le plus pour moi. Je ne veux pas des “j'aime” de complaisance.”

Monokrome: Merci beaucoup pour tes réponses et continues de nous régaler.


Article par : Liasmine Fodil