CAROLINA CALDERON : D’UNE CHANTEUSE PASSIONNÉE AU CHILI À UNE ARTISTE ENGAGÉE EN SUÈDE




L’artiste engagé pour une cause, reflète la noblesse de son âme , c’est l’exemple de cette musicienne, chanteuse Latina, d’une voix mélodieuse qui porte un beau mariage d’émotion et la technique , Carolina a traversé la moitié du globe pour s’installer dans un pays européen nordique ,carrément différent de tous ce qu’il y a dans son pays natal le Chili.

Sa volonté de réussir dans sa grande aventure de s’émigrer très loin, son combat de l’intégration par suite, et son énergie incroyable qu’elle porte, l’ont permis de s’intégrer adéquatement, à l’ambiance artistique existante, et créer une nouvelle dynamique multiculturelle et internationale dans la ville de Malmö en Suède, en s’impliquant dans un noble mouvement d’intégration de l’ensemble des artistes venus des quatre coins du monde pour s’installer en Scandinavie.


Salutation Carolina, parlez-nous d’abord de vous et de votre attachement à la musique.


Bonjour, Je suis né au Chili , j’ai 43 ans. La musique a toujours été dans ma vie, tous les membres de ma famille sont musiciens, en même temps, nous, les latino-américains, avons un besoin particulier d'expérimenter la musique et toutes ses formes, probablement en raison de toutes ces cultures qui sont entrées en Amérique latine pendant de nombreuses décennies en provenance d'autres continents, comme l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Europe. J'ai commencé à chanter depuis que je suis très petite. Le chant a été ma façon d'exprimer mes sentiments et mes opinions. Cela continue jusqu'à présent.

Quels sont les styles, et les artistes qui vous ont inspirés?

j'ai écouté des différents styles musicaux d'autres cultures depuis que je suis très petite, beaucoup de musique d'Espagne et d'Italie, et principalement dans les années 70. Cependant, la musique cubaine et colombienne était également pertinente.

J'ai appris à chanter toutes Les chansons du groupe ABBA en anglais et traduites en espagnol dès l’âge de 10 ans. C'était la première fois que je comprenais que je pouvais chanter dans une autre langue sans l'avoir étudiée à l'école.


Mon rêve de chanter sur une grande scène devant un millier de personnes s'est également réalisé. En 1992, j'ai remporté la première place à un festival international organisé par la chaîne de télévision chilienne et sur la meilleure scène du Chili "Vina del mar". Devant 20 000 personnes et avec un jury composé de 7 artistes nationaux et internationaux concernés, j'ai eu le plaisir de recevoir le prix. Après cela, j'ai commencé une brillante carrière de chanteuse au Chili. Dans la même veine, j'ai commencé à affiner ma technique vocale à l'école de musique Izidor Handler de la ville de Vina del Mar au Chili.


Quand j'étais déjà établi en Suède et en 2017 et 2018, j'ai eu l'opportunité de voyager en Argentine. Je suis internationalement impliqué dans le syndicat des enseignants de Suède. Là, j'ai travaillé non seulement pour les droits de l'homme des enseignants, mais aussi pour apprendre à connaître la musique folklorique argentine. J'ai été tellement impressionné par tous ces artistes fantastiques que j'ai rencontrés que j'ai organisé divers concerts dans la ville de Malmö en Suède et amené deux excellents artistes de Buenos Aires, Horacio Pueyrredón et Lucio Saavedra, afin que le public de Malmö ait également l'occasion d'en profiter. Le concert était intitulé "Musique latino-américaine sans frontières, focus Argentine". J'ai l'intention de continuer à mener à bien ce concept dès que le virus corona nous laissera en paix.

La musique afro-péruvienne m'a également inspiré. Mon collègue Buster Blaesid et moi avons formé un groupe appelé "Los Calderón" en 2017. Avec divers autres artistes, nous jouons des airs afro-péruviens qui répandent la joie parmi le public.

Cependant, il y a un style musical qui a complètement pris mon cœur, la musique du Moyen-Orient. La musique du Moyen-Orient est une musique folklorique liée aux zones géographiques connues sous le nom d'Orient, du Moyen-Orient et d'Asie centrale. Chansons poétiques, improvisations mélodiques sophistiquées et compositions utilisant des motifs longs, complexes et rythmiques.

Racontez nous ce que la musique vous a fait et ce que vous a rapporté sur le plan personnel ?


Avec toutes ces expériences que j'ai accumulées au cours de ma vie au Chili, en Argentine, en Allemagne et en Suède, j'ai décidé un beau jour de créer ma propre entreprise pour travailler sur les questions liées à l'intégration, aux droits de l'homme et à la lutte contre le racisme.

Mon entreprise s'appelle "Carolina Calderón Culture & Integration", La société attend plus de 50 artistes et groupes différents venus en Suède pour des raisons socio-politiques, comme le Burkina Faso, l'Irak, l'Iran, la Palestine, la Libye, la Syrie, etc. En même temps, des artistes du Brésil, d'Argentine, du Chili, d'Uruguay, du Paraguay, de Cuba, etc. etc. et la quantité augmente et augmente.

Avec la musique comme force unificatrice, j'aide des artistes d'autres pays à s'établir et à créer une vie en Suède.


Il y a beaucoup de choses qui ralentissent les immigrants. Mais en musique, il y a une communauté automatique. Vous n'avez pas besoin d'une langue spéciale, vous vous comprenez toujours. C'est beaucoup une question d'émotions. Vous avez l'occasion d'exprimer votre frustration, votre joie ou votre espoir. La musique m'a aidé à nouer des contacts et à trouver du travail.


Quels étaient les conditions, et les raisons de penser, puis procéder à cette aventure de quitter votre pays vers de nouveaux horizons inconnus?


Je suis absolument convaincu que la meilleure université est "de voyager dans d'autres pays et de vivre avec d'autres cultures". En tant que mère, je veux laisser à leurs enfants le meilleur héritage que quelqu'un puisse hériter, la connaissance du monde qui les entoure. Quand j'ai eu l'opportunité de déménager en Suède, j'y ai juste pensé. Le meilleur de mes enfants est tout en premier dans mon échelle de priorité. Cela n'a pas été facile depuis le début mais tout en valait la peine sans aucun doute.

A votre arrivée en suède, comment c’était votre installation, puis la reprise de vos activités artistiques , et le rôle de la musique dans votre adaptation?


Malgré le fait que 14 ans se sont écoulés et que je me sens complètement installé en Suède, je n'oublierai jamais combien il a été difficile pour moi de quitter mon pays, ma famille, mes amis et collègues pour faire un voyage inconnu dans un autre pays. Avec deux petits enfants, sans travail, de longs mois d'hiver et dans une culture si différente de la mienne ... j'ai pensé. Les choses sont devenues beaucoup plus difficiles lorsque j'ai commencé à étudier la langue suédoise.

Cependant, juste au moment où j'allais abandonner, j'ai rencontré des gens formidables qui m'ont inspiré à avancer et à atteindre mes objectifs. Maintenant, je suis éducatrice au préscolaire, j'ai travaillé comme professeur de musique et d'espagnol dans diverses écoles primaires, j'ai enseigné le suédois aux immigrants, je suis chef de projet dans les activités culturelles, j'ai mon propre groupe, je suis impliqué à l'international pour l'Association des enseignants et je suis propriétaire de ma propre entreprise. En même temps, j'ai une boîte pleine de rêves à remplir dans le futur.

Quels sont vos objectifs Carolina, et vos futurs projets?


En septembre de cette année, mon équipe et moi demanderons un soutien culturel en Suède. Je me suis assis pendant plus d'un mois pendant de nombreuses heures et chaque jour pour formuler ce nouveau projet d'intégration, maintenant avec une participation internationale.

L'équipe est composée de membres qui sont situés dans trois zones géographiques du monde. France, Algérie et Suède.

À Malmö:

• Chef de projet, montage et médias sociaux: Carolina Calderón

• Assistante chef de projet, finance, communication, médias sociaux et interprétation: Camilla Soumah.

• Communication et interprétation: Tarek Alhadj (Saba Palestine Culture & Sports Association)

• Équipe de montage film et audio.

En France:

• Communication, logistique et réseaux sociaux: Manu Terrero (Paris)

• Interprétation: Hanna Kahin (Paris)

En Algérie:

• Communication, logistique et réseaux sociaux: Mehdi Felfoul (association Diar El Andalou (Blida)

• Interprétation: Mehdi Felfoul. (Blida)

Les partenaires:

• Promotion des études à Malmö.

• Association suédoise - algérienne Malmö.

• Saba Palestine Culture & Sports Association Malmö.

• L'association Diar El Andalou à Blida Algérie.

et surtout plus de 14 artistes qui sont dans ces pays prêts à commencer ce voyage étonnant.

Il s'agit d'augmenter leurs opportunités de carrière tant au niveau national qu'international et de leur permettre de vivre également de la création musicale.

Le but de ce projet est de faire tomber les frontières et de surmonter les distances entre les artistes, les associations culturelles et le grand public.


Des conseils à donner aux artistes étrangers, installés dans d’autres pays que les siens!


Je suis né au Chili le 11 octobre 1973, exactement un mois après que le dictateur Augusto Pinochet Ugarte a pris le contrôle du pays. Ce n'était pas facile de grandir dans un tel environnement, ce n'était pas du tout facile pour personne. Ni pour ceux qui ont été forcés de quitter le pays, ni pour ceux qui sont restés pour se battre.

Quoi qu'il en soit, il y avait quelque chose que la dictature m'a appris. Les expressions culturelles du peuple sont plus fortes que des milliers de dictateurs, de racistes, de politiciens corrompus et d'individus assoiffés de pouvoir. Les expressions culturelles du peuple s'intègrent, unissent et éduquent.

Ils brisent les frontières et désarment les effets des préjugés. Les formes d'expression esthétiques du peuple, sous toutes ses formes, intègrent et combattent le racisme. Nous, les artistes, avons le devoir de transmettre et de remédier à travers notre message.


Article par : Mehdi FELFOUL